samedi 5 décembre 2015

Disponibilité "Derrière le mur de verre" aux Éditions Cornac

DE NOUVEAU DISPONIBLE EN LIBRAIRIE!
Bonjour! Après quelques difficultés techniques, le livre est de nouveau disponible auprès de notre distributeur. Il est disponible via le distributeur Prologue qui dessert les librairies du Québec, donc il est possible de le demander à votre libraire local.
Il est disponible au Québec par le biais des grandes chaînes Archambault et Renaud-Bray, sur Internet par Amazon.ca également et en France par la Librairie du Québec à Paris.
Aussi, le livre électronique est disponible sur Prologue.ca et Amazon.ca

dimanche 8 novembre 2015

L'AUTISME AUTREMENT

Un épisode est disponible sur le site Internet de MATV Sorel-Tracy, soit l'épisode 2 sur l'anxiété. Ma spécialiste invitée: Isabelle Hénault.

https://drive.google.com/file/d/0BwHsO2JPidayYTRpZXhjUldXTHc/view





mardi 13 octobre 2015

Conférence à Québec le 24 octobre 2015


Bonsoir!

Il reste des bonnes places encore pour la conférence de Québec, le samedi 24 octobre prochain!

Venez rencontrer Stephan Blackburn qui donnera une conférence sur son expérience en tant que père. Ma conférence avec l'homme parle de couple bien sûr, mais surtout de la communication entre autiste et non-autiste!

Mon livre "Derrière le mur de verre" sera disponible sur place et 5 $ de chaque vente seront remis à Autisme Québec.

Pour réserver vos billets:





lundi 5 octobre 2015

Derrière le mur de verre en vente en librairie



Bonjour!

Il est là, quelque part près de chez vous...

Le livre "Derrière le mur de verre" est disponible chez Archambault et chez Renaud-Bray et dans plusieurs librairies indépendantes tout autour de vous, via le distributeur Prologue.

Pour trouver le détaillant le plus proche au Québec, vous pouvez cliquer sur le lien ci-joint puis cliquer de nouveau sur "trouver un détaillant" en entrant votre code postal.


Pour l'extérieur du Québec, vous pouvez commander via votre libraire local préféré. Toutes les personnes qui en ont fait la demande à ce jour m'ont dit avoir obtenu une confirmation de leur libraire.

Bonne lecture!

jeudi 24 septembre 2015

Le livre sur Amazon. ca!

EN PRÉ-VENTE SUR AMAZON.CA



Bon matin!

Pour celles et ceux qui me demandaient de les aviser lorsque le livre serait disponible à l'extérieur du Québec via Amazon, pour l'achat en ligne du livre "Derrière le mur de verre", le lien est maintenant actif!

Pour les gens à l'extérieur du Québec, on me dit qu'on peut le demander à son libraire également. Certains l'ont fait à Paris.

Pour les gens du Québec, il sera également disponible en librairie à compter du 30 septembre.

Voici le lien pour AMAZON:

Un grand merci à vous et bonne lecture !
Marie Josée.


mardi 15 septembre 2015

Dissensions




J’ai fait la rencontre de mon premier « crissement de volée » psychologique il y a environ deux ans, en voyant passer sur mon fil d’actualité un post ayant eu un nombre hallucinant de réponses. Des centaines même. Je me suis arrêtée, intriguée, puis pétrifiée à mesure que mes yeux glissaient sur les différents mots rédigés à la hâte et sans censure. Le message d’origine était sur un site de discussion sur l’autisme et les commentaires émanaient principalement de parents en dehors du Québec. A cette époque, un adulte autiste auteur avait fait une entrevue télé. Que ce soit Hugo Horiot, Josef Schovanec ou Daniel Tammet n’a pas la moindre importance. Il pourrait s’agir d’un ou d’une autre, la problématique actuelle n’est évidemment pas là. J’ai été estomaquée, sans comprendre, de lire la désapprobation face à ce porte-parole notable et dont l’apport est objectivement significatif pour la communauté autistique. Argument principal : « il ne représente pas tous les autistes ». Si un jour on trouve un autiste qui a lui tout seul arrive à représenter l’ensemble du spectre, je jure de lui donner tous mes avoirs et d’aller m’exiler en solo dans le désert. Vous me direz que je n’ai pas à craindre les morsures des tempêtes de sable, les engelures matérialisées par des nuits glaciales et les attaques sournoises de scorpions. L’autiste universel n’existe pas. Ne le cherchez pas.

Pourquoi vous arriver aujourd’hui avec cette anecdote ancienne? C’est qu’à ce moment-là, s’est effrité le premier morceau de ma naïveté et de mon innocence. Penser que le milieu de l’autisme était un paradis de compréhension, d’entraide désintéressée, d’accueil et de respect inconditionnel était finalement un rêve face auquel je devais me recalibrer. J’ai vu se morceler, au fil des dernières années, à coups de jugements tranchants et de critiques variées lues ça et là, quelques tranches de cette douce naïveté innée et de cette confiance absolue en un univers sans méchanceté et sans rejet. Tout comme ces larges pans de glaciers qu’on voit se fractionner dans l’océan, fondre et disparaître.

Le temps passe et je vois bien que des tensions, des rivalités et des guéguerres se forment. Mais pourquoi donc? Comment peut-on choisir consciemment de s’entredéchirer quand on combat pour une même cause? Si l’armée canadienne ou l’armée américaine décidait de se scinder en deux clans distincts lors d’un conflit en terre étrangère, qui gagnerait? L’ennemi, bien entendu. On s’entend que si on considère le vase mi-clos du milieu de l’autisme comme une petite armée de vaillants combattants face au vaste monde qui n’est pas sensibilisé à notre cause, se tenir les coudes étroitement serrés est une nécessité plus qu’absolue. Parents, intervenants, adultes autistes, nous devons impérativement travailler ensemble, peu importe le degré d’autisme nous touchant.

Je me souviens durant mon adolescence d’avoir été émue d’entendre une vedette des années 80, participant à l’un des nombreux enregistrements-bénéfices collectifs pour venir en aide à l’Éthiopie, dire que sur la porte du studio, il était indiqué « Leave your ego at the door ». Laissez votre ego à la porte. Quiconque vient dans le milieu dans un but purement mercantile et sans intérêt réel et sans méthode d’aide concrète pour la cause doit se questionner sur sa position. Quiconque veut gagner sur les autres, prendre les devants par esprit de compétition, jouer du coude pour rabaisser qui que ce soit, en public ou en privé, devrait réfléchir à deux fois à ses motivations sincères. Ici, tout se sait un jour et pas nécessairement par les voies directes qu’on peut imaginer.

Nous avons « une job » à faire. Les enfants autistes deviennent adultes et progressent, peu importe la petite case où on les a installés sur le spectre lors de leur diagnostic. Un parent qui méprise un adulte autiste, parce qu’il est différent de son enfant, même s’il paraît plus autonome ou articulé de l’extérieur, ne sert pas la cause de l’autisme. Une personne qui crée la dissension et la division entre des membres du milieu ne sert pas non plus la cause de l’autisme.

La mission que je me suis donnée quand j’ai débuté le « 52 semaines » et mes activités en autisme a été de créer des ponts. Mais encore, faut-il que les deux rives soient suffisamment proches les unes des autres. Moi, je ne change pas. Je suis là pour faire parler de l’autisme, pour le démystifier auprès des initiés et des non-initiés. Et j’espère que de mes actions, une grande vague s’ensuivra où ensemble, autistes de tous âges, parents d’enfants de tout niveau et professionnels, nous pourrons compter les uns sur les autres au lieu de compter les couteaux qu’on nous plante à répétition dans le dos…


lundi 7 septembre 2015

DEUX CONFÉRENCES À QUÉBEC - Autisme couple et vie de famille

Pour les gens de Québec et des environs, 
en collaboration avec Autisme Québec!

Le samedi 24 octobre 2015 à la Maison Maizerets à Québec

Deux conférences - un après-midi!




MARIE JOSÉE CORDEAU / FRANÇOIS CHARETTE, écrivaine, blogueuse, conférencière et conjointe / conférencier et conjoint
- Autisme et couple : elle autiste, lui neurotypique


STEPHAN BLACKBURN, professeur de philosophie au collégial, écrivain, conférencier, père et mari
- Autisme et équilibre familial

Billets en pré-vente sur Eventbrite à prix réduit jusqu'au 30 septembre 2015 à 20 $/pour les deux conférences

Billets à prix régulier à compter du 30 septembre 2015 à 30 $/pour les deux conférences

Lien Eventbrite: 




MARIE JOSÉE CORDEAU / FRANÇOIS CHARETTE, écrivaine, blogueuse, conférencière et conjointe / conférencier et conjoint
Autisme et couple : elle autiste, lui neurotypique

Biographie
Diagnostiquée en 2012 avec le syndrome d’Asperger, Marie Josée Cordeau est l’auteure du blogue-marathon « 52 semaines avec une autiste Asperger » lu à travers la francophonie. Elle est aussi blogueuse sur le Huffington Post Québec. Marraine du Réseau Bulle France et coach de vie pour adultes sur le spectre autistique et pour leurs familles, elle s’est donnée pour mission de faire le pont entre le mode de pensée autistique et le mode de pensée neurotypique (non-autiste).

Inventeur autodidacte, bénévole impliqué socialement, homme de cœur habitué à la représentation professionnelle en public, François Charette s’est retrouvé imprégné dans l’autisme par le biais de son vécu durant 25 ans auprès d’une autiste Asperger. Rigoleur naturel, il sait faire passer ses messages avec finesse et subtilité. Il nous offre son expérience personnelle et exceptionnelle en tant que conjoint d’une personne autiste.


Résumé de la conférence

Deux points de vue en apparence aux antipodes dans un couple, soit celui d’un individu sur le spectre autistique, juxtaposé accidentellement à celui d’une personne non-autiste. Deux manières différentes de voir et d’interpréter le monde, mais aussi deux filtres opposés pour gérer le petit quotidien, le dialogue amoureux ainsi que la façon de regarder ensemble dans une même direction. Humour, communication claire et respect intégral de l’autre sont-ils la clé? C’est ce que cette conférence tentera de démystifier par le biais des anecdotes et des pistes de solutions apportées par Marie Josée Cordeau et François Charette. 

---

STEPHAN BLACKBURN, professeur de philosophie au collégial, écrivain, conférencier, père et mari
Autisme et équilibre familial

Biographie

Diplomé en philosophe et en pédagogie, Stephan Blackburn est enseignant en philosophie depuis plus de 15 ans. Il est un orateur chevronné et expérimenté et il sait aborder l’autisme avec sa manière toute personnelle. Il est également l’auteur du livre « Dieu merci! Les autistes sont là! » dans lequel il présente l’autisme comme une manière différente de percevoir le monde.

Père de deux fils, l’un Asperger et le second autiste Kanner, il est lui-même diagnostiqué sur le spectre autistique. Stephan Blackburn a développé avec sa famille atypique une manière de vivre dans le respect des forces et des défis de chacun. Il sait exprimer avec pertinence les absurdités du moule social dans lequel on veut cloitrer les personnes autistes.

Résumé de la conférence
Croire au potentiel naturel de ses enfants et les accepter tels qu’ils sont afin de faciliter leur développement en tant qu’individus uniques, tel est le message que nous livre Stephan Blackburn dans cette conférence intimiste et vibrante. Aider son enfant à relever des défis, à nourrir sa confiance en ses moyens propres et non l’encastrer dans les exigences contraignantes de la société contemporaine, voilà l’invitation faite par cet homme de conviction.



dimanche 23 août 2015

Toute croche...


Tu passes ta vie à penser que tu es montée toute croche. Tu grandis, tu mûris, tu vieillis et on te fait remarquer que tu es croche, sans jamais te spécifier à quel niveau. Tu cogites, tu te palpes, tu te scrutes. Tu travailles fort afin de te redresser dignement, parce qu’on essaie de te placarder un rigoureux tuteur pour te réaligner selon la norme, bien malgré ta tangente naturelle. Puis un beau jour, en fin de journée, ça te frappe de plein front comme une flèche au milieu d’une cible tricolore : tout le monde autour de toi aussi s’avère être tout croche. Ils ne sont juste pas penchés dans le même angle que toi. Tu vois leur « crochitude », mais eux, comme ils ont tous le même angle, ils pensent qu’ils sont droits. Alors leurs erreurs, leurs aberrations, leurs incohérences, leurs perceptions, même si tout est carrément tordu, tout est conséquent et acceptable pour eux.


Mais toi, tu vois que ta maudite « crochitude » dérange, non pas parce que tu n’es pas droite, mais parce que ton tronc pousse à l’opposé du reste des arbres de la forêt. Alors tu comprends que tu n’es pas plus croche que les autres, tu n’es juste pas de la même essence de bois que tes congénères et que tu pousses différemment. Ni pire, ni mieux. Mais tu es davantage jugée et confrontée à encore plus d’exigences illogiques envers toi que les exigences que les autres s’imposent à eux-mêmes entre eux. Comme il doit être confortable et réconfortant de suivre l’orientation générale du boisé... mais tu ne sais pas. Toi, tu es arquée dans le sens opposé, tu penches vers la gauche et non vers la droite. Mais tu es ainsi. Tu découvres que tu dois t’aimer inconditionnellement dans l’angle où inévitablement tu te développes. Tu dois juste choisir d’accepter cet axe dissemblable comme un étrange cadeau que la nature t’a octroyé…

mercredi 5 août 2015

"L'autisme autrement" - sur MATV Sorel-Tracy cet automne!

Eh oui, j'ai osé. J'ai proposé un projet d'émission sur l'autisme et le tout a fonctionné... J'ai été à la fois conceptrice, recherchiste, rédactrice, "intervieweuse".... costumière! lol!

En tout: 6 émissions de 30 minutes sur différentes thématiques reliées à l'autisme. 

Premier tournage fait, avec des gens merveilleux de la région de Sorel-Tracy. Samedi 8 août, tournage avec mes deux spécialistes en autisme: Isabelle Hénault et Sophie Plaisance.

Cette émission sera à la fois éducative, constructive et avec le but bien avoué de rendre l'autisme plus abordable et davantage compris.

En prime, j'ai un chroniqueur en or.... des détails.... à venir!




Avec deux de mes invités



video



Making of avec mon ami Stephan Blackburn!


samedi 18 juillet 2015

Pique-nique d'inauguration de Réseau Bulle Québec - 15 août 2015

Nous vous invitons à notre pique-nique d'inauguration de la branche québécoise de Réseau Bulle dont je suis la marraine (pour Réseau Bulle France).

L'événement est gratuit, bienvenue à toutes les personnes concernées par l'autisme!

Page FB de l'événement:

https://www.facebook.com/events/1664522310447859/



samedi 20 juin 2015

Les "Femmes Asperger" au Salon de l'autisme le samedi 3 octobre prochain!

Elles sont de retour après le succès de leur conférence à Saint-Lambert le 11 avril dernier. 

Dans le cadre de la deuxième édition du Salon de l'autisme au Cosmodôme de Laval, la conférence aura lieu le samedi 3 octobre à compter de 18 heures. La conférence est gratuite (réservation des billets obligatoire), c'est à dire sans frais additionnels ajouté au prix d'entrée pour le Salon.

Lien pour la réservation de billets: 


Lien pour le Salon de l'autisme:



samedi 6 juin 2015

Textes publiés sur le Huffington Post Québec

Je publie occasionnellement sur le Huffington Post Québec


Voici un de mes textes favoris (même si le sujet est triste, au final)


Une autiste dans la cour d'école!


Publié originalement dans le Huffington Post Québec


http://quebec.huffingtonpost.ca/marie-josee-cordeau/une-autiste-dans-la-cour-decole_b_7074020.html

C'était toujours un peu la même rengaine, un identique refrain récité à l'infini, le Boléro de Ravel joué en boucle, semaine après semaine. Deux fois par jour, vers 10 heures ou 10 heures 15 le matin. Une deuxième représentation à heures fixes en après-midi. Je me cramponnais psychologiquement à mon pupitre de bois imprimé des filigranes de graffitis à demi-effacés lors du fameux « lavage » de bureau du dernier jour de l'année scolaire précédente. Une cloche assourdissante rebondissait sur mes tympans avertis. Pourtant, je le savais bien à l'avance, l'horloge me narguait de ses aiguilles qui faisaient office de compte à rebours. Le rituel funeste de la récréation venait d'être inauguré une fois de plus.

Pendant que mes camarades nouvellement en liberté s'exclamaient de joie, couraient à leurs casiers pour s'emmitoufler gaiement de leurs foulards, tuques et moufles de toutes couleurs et rayures, moi j'angoissais. J'entendais tout tambouriner dans ma tête : les fracas métalliques des portes de casiers, les voix fortes, l'écho des couinements des chaussures de sport dans le corridor quand un petit camarade freinait abruptement sur le sol. Chaque jour, une petite question récurrente venait me hanter, comme un fantôme qui agite cyniquement ses chaines pour effrayer le pauvre monde: pourquoi?

Tout me rendait anxieuse : les cris sans fin, les jeux sans règlement ancré qu'on ajuste pour avantager Christine ou Simon, c'est-à-dire le plus convaincant dans ses prises naissantes de pouvoir, les bousculades non-annoncées et les jeux de ballon qu'on se lance sur tous les coins sensibles du corps sous prétexte que c'est sportif, c'est du « ballon-chasseur ». Puis l'intimidation qui planait comme un mauvais nuage grisâtre et toute une macédoine de pratiques sociales qui m'apparaissaient singulières, indéchiffrables et amèrement dangereuses. Pour sauver ma peau, j'aurais dû fuir, par-dessus les clôtures Frost. En anglais, ils disent « it's double Dutch ». Oui, c'était du double néerlandais. Je ne saisissais ni virgule, ni accent dans ces langages gestuels et ces non-dits devant lesquels je demeurais de glace.

J'aurais préféré, et de loin, une autre généreuse portion de géographie, un bol supplémentaire d'histoire naturelle ou vingt pages de grammaire à apprendre par cœur. Tout, mais pas ça. Le professeur à l'avant, moi sur ma chaise couinante, chacun à sa place, je survivais. À l'extérieur, c'était une pluie d'incertitudes, des averses de stimulations sensorielles ingérables.

On voulait me socialiser, mais je l'ignorais. De toute manière, sans cahier Canada, sans manuel scolaire à la couverture explicite, sans mot calligraphié au vert tableau à grands coups de craie poudreuse, je n'avais nullement conscience qu'il se jouait une matière scolaire cachée dont l'échec allait avoir des conséquences sur toutes les étapes à venir de ma vie. Pas de signe rouge au bulletin trimestriel, aucun indice n'outre les remarques oppressantes des enseignants : « va jouer avec les autres, dégêne-toi! » Ou les semonces aux rencontres avec les parents : « votre fille ne s'implique pas assez dans les activités de groupes ».

Dans cette envie tranchante de me normaliser en me faisant mariner passivement avec mes semblables, on m'a au contraire infligé une anxiété généralisée et intolérable au quotidien ainsi que le sentiment ineffaçable d'être une mauvaise personne, indésirable et facile à ignorer. Tout ceci a commencé à matérialiser puis à accentuer mon sentiment d'être déphasée par rapport à mes contemporains. Je vivais une différence, mais je ne la comprenais évidemment pas. Elle n'avait pas de nom, mais elle était tapie dans le coin à me surveiller.

Alors de la socialisation instinctive, je n'ai rien appris. Si un bain de foule avait été constitué d'eau, je me serais noyée sans aucun réflexe de survie pour rester la tête hors des flots. La foule disparate et énervée m'engloutissait et je sombrais dans des fonds marins, sans bonbonne d'oxygène. Aucun mimétisme embryonnaire chez moi. Juste le désir d'entendre cette seconde cloche, celle du retour en classe, comme le relâchement d'un prisonnier politique qui se fait enfin détacher après une longue et injuste captivité. Enfin je pouvais recommencer à respirer régulièrement.

Les autres enfants ne me comprenaient évidemment pas et ma compagnie n'était pas celle pour laquelle on organisait des concours de popularité. Quelques camarades, certains plus tranquilles que la masse, me faisaient une petite place où je pouvais être stationnée silencieusement à leurs côtés près du mur de ciment, donc sans être complètement esseulée. Mais moi, je rêvais d'être loin. Ailleurs.

Aujourd'hui, si on me demandait ce que j'aurais aimé, je mettrais au premier plan une bonne dose de calme, de l'encadrement dans un climat prévisible et le droit d'être Marie Josée, solitaire, à la bibliothèque ou dans un local tranquille. Car si l'enfer existait pour moi en tant qu'enfant, il avait un nom bien défini : cour de récréation...






mercredi 6 mai 2015

Les journées-conférences Au coeur de l'autisme

Bonjour! La première journée-conférence se déroulera le 23 mai 2015 à St-Hyacinthe aux Studios 57 au centre-ville.

Plusieurs conférenciers de qualité viendront partager leur expérience et leur expertise personnelle sur l'autisme durant cette première journée. D'autres journées-conférences suivront à l'automne dans d'autres villes de la province.

Possibilité d'assister à la journée entière, en blocs ou en conférences individuelles.

Billets en vente sur Eventbrite: https://www.eventbrite.ca/e/billets-journee-conference-au-coeur-de-lautisme-st-hyacinthe-16631848306














vendredi 6 mars 2015

Publication des textes du blogue "52 semaines avec une autiste asperger"



Aujourd'hui, je vous annonce officiellement que le blogue sera imprimé et accessible intégralement sous forme de livre! 

L'édition papier sera enfin disponible en septembre 2015 aux Éditions Cornac (Les Éditions Michel Brûlé), sous le titre "Derrière le mur de verre".

Je vous remercie de votre soutien et de votre intérêt au cours des 2 dernières années. La demande venant du public de voir les textes accessibles sur support papier verra sa réalisation sous peu.


Veuillez noter que quelques textes sont toujours disponibles en version intégrale.

jeudi 12 février 2015

Conférence à Repentigny le 14 mars 2015



Pour les réservations, veuillez contacter 
la Société de l'Autisme de Lanaudière 
au 450 759-9788.

samedi 24 janvier 2015

Le Réseau Bulle




Mais oui, la nouvelle sort ce matin: Je suis la nouvelle marraine du Réseau Bulle France. Très bientôt (c'est déjà en marche), une antenne québécoise du Réseau Bulle verra le jour ici pour les familles québécoises. J'ai une super équipe avec moi, on va faire un boulot d'enfer, je le sens!

Pour connaitre le Réseau Bulle France, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous: